Ils s’appellent Omar, Imen, Alexis, Houcine et Farida. Ils sont ingénieur, auditeur financier, entrepreneur ou conseiller professionnel. Ils ont fondé l’un des projets socio-économiques les plus prometteurs du pays, en liant l’accompagnement à l’emploi à la lutte contre l’exclusion sociale et les discriminations. Ce jeudi 27 février 2020, ils organisent un salon de l’emploi novateur.

Décryptage et interview avec l’équipe de Booster d’Avenir, en exclusivité pour la plateforme L.E.S.M avec laquelle un partenariat se dessine. On parle de tout ça, et bien plus, dans cette interview.

Pouvez-vous nous présenter votre association, pour nos lecteurs et abonnés ?

Équipe Booster d’Avenir : Nous sommes un réseau de deux structures de l’économie sociale et solidaire, avec une association mère (Booster d’Avenir) et une autre structure (Family Boost).

Booster d’Avenir a trois missions :

Sensibiliser et fédérer les entreprises, les acteurs sociaux, institutionnels et communautaires sur les questions d’exclusion, de précarité et de discrimination

Favoriser la création d’emploi et l’autonomie d’action

– Innover en créant des solutions là où elles n’existent pas ou sont insuffisantes

Family Boost (une startup de services à la personne), qui lance ses activités le 15 mars prochain, a pour objectif d’employer une centaine de personnes par an, en contrat d’insertion. Nous visons en particulier les réfugiés et les personnes avec un bas niveau de qualification.

Les revenus ainsi générés par Family Boost servent à développer la structure et à financer les activités sociales de Booster d’Avenir. Et inversement, Booster d’Avenir peut permettre de détecter et d’accompagner des futurs salariés ou des futurs bénéficiaires de Family Boost.

Les deux structures ont été réellement pensées en synergie.

Les objectifs sont magnifiques et, si on comprend bien, fonctionneraient ensemble, avec un moteur économique et un moteur social. Vous organisez aujourd’hui à Lyon un premier salon de l’emploi sur un modèle original. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?

Équipe Booster d’Avenir : Le salon de l’emploi, de l’inclusion et de la diversité est une action de sensibilisation des acteurs économiques (principalement les entreprises) et institutionnels, sur la question de l’inclusion des personnes en situation d’exclusion sociale ou en situation de discrimination, quelles qu’en soient les formes.

Comment ça marche ?

  • Pendant deux mois, nous préparons gratuitement et bénévolement 200 candidats.
  • Puis, nous organisons et les retrouvons durant le salon où nous les mettons en relation avec nos entreprises partenaires, qui ont une démarche d’inclusion de la diversité
  • Enfin, nous accompagnons les entreprises et les candidats recrutés dans l’intégration et le maintien dans l’emploi durable

Notre notion de diversité inclut toutes les personnes, quelles que soient leurs origines ou leur religion. Dans ce projet, toutes les personnes en recherche d’emploi, faisant souvent face à un blocage, sont les bienvenues, qu’elles soient des séniors, des réfugiés, des femmes portant un foulard, des personnes sans forte qualification, etc.

L’événement est entièrement financé par l’association. Nous ne touchons rien, ni des candidats, ni des entreprises.

Si le projet va à son terme comme vous l’espérez (et c’est tout le bien que l’on vous souhaite), quel impact anticipez-vous dans la vie des participants ? Par ailleurs, même si le projet s’adresse à tout le monde, est-ce qu’il y a des aspects qui affectent plus particulièrement les citoyens de confession musulmane ?

Équipe Booster d’Avenir : Comme vous l’avez relevé, notre projet s’adresse à tous. Et pour être le plus utile et le plus impactant, il doit être d’autant plus accessible aux personnes les plus marginalisées. Ce public qu’on appelle « les invisibles ». Ceux dont personne ne s’occupe vraiment. On va les chercher dans leur environnement social, on leur tend la main et on mobilise toutes nos compétences et notre réseau pour leur permettre de rencontrer directement des entreprises qui ont une dimension d’inclusion.

S’agissant des musulmans, il n’y a pas d’exception ou de spécificité dans notre prise en charge mais, compte tenu de leur situation ou de leur origine sociale, beaucoup d’entre eux sont particulièrement affectés par les problèmes que l’on essaie de résoudre : malheureusement, l’exclusion sociale touche particulièrement les quartiers populaires, où il y a une surreprésentation de personnes de confession et de culture musulmane, avec des marqueurs d’origine, de religion et d’appartenance sociale qui les surexposent à la discrimination. Il est donc statistiquement et sociologiquement logique de constater que ce public représente près de 70 % des 200 candidats qu’on accompagne dans le cadre de ce salon.

On est d’autant plus convaincus par votre initiative qu’on partage le même état d’esprit, même si on œuvre à des niveaux et dans des domaines sensiblement différents, bien que connexes et complémentaires. Sur le fond, qu’est-ce qui vous a motivés le plus dans le lancement de ce projet, alors même que vous avez tous vos vies personnelles, vos carrières et vos projets à gérer en même temps ?

Équipe Booster d’Avenir : Pour être très clairs, notre motivation principale est simple : trouver des solutions sur le long terme pour les personnes en situation d’exclusion. Proposer autre chose que des solutions immédiates et peu durables. Agir sur les facteurs profonds de ces problèmes menant à la précarité, plutôt que d’uniquement s’émouvoir de leurs conséquences.

Pour nous c’est cette approche qui apporte la dignité et l’autonomie aux bénéficiaires de nos projets, plutôt que de les maintenir dans une situation de fragilité voire parfois de dépendance. Ces valeurs de dignité et d’autonomie sont centrales pour nous. Mais ce sont des valeurs que la Plateforme L.E.S.M partage aussi…

Justement, en parlant de convergences de valeurs et de coopération, il y a un partenariat qui se tisse entre Booster d’Avenir et la Plateforme L.E.S.M. Concrètement, comment voyez-vous les choses dans le futur ?

Équipe Booster d’Avenir : On a un très gros volet sensibilisation, au niveau national. La gestion et la prévention de l’exclusion sociale sont des responsabilités collectives, notamment pour les premiers touchés, dont de nombreuses personnes sont issues des quartiers populaires (mais pas uniquement) et/ou font partie de publics affinitaires, comme les communautés musulmanes locales (mais pas uniquement).

Ce défi colossal, on ne peut le relever qu’en travaillant ensemble.

Si la Plateforme L.E.S.M pouvait se saisir de cette question de sensibilisation et d’éducation, afin de faire en sorte de porter cette voix : agir sur le long terme et sur les facteurs, alors Booster d’Avenir sera heureux d’apporter son expertise dans toutes les réponses à mettre en œuvre. Ce travail de synergie permettra de décupler l’impact de ce qu’on souhaite faire au niveau local, tout en fournissant des solutions concrètes aux gens qui vivent l’exclusion et la précarité.

C’est pourquoi nous sommes heureux de ce partenariat qui se concrétise aujourd’hui.

La plateforme aussi 😉