Le 15 mars 2019, un double-attentat terroriste a visé deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pendant la prière du vendredi. L’auteur de cet acte de grande violence a revendiqué des convergences idéologiques avec des thèses complotistes imaginées par des intellectuels français de l’extrême droite à l’égard de l’Islam et des musulmans

Bien que les appels à l’unité et à la tolérance ont été nombreux suite à l’attentat, la prolifération des discours de haine à l’encontre des musulmans n’a malheureusement pas ralenti. Le constat est sans appel: la banalisation du discours islamophobe dans les médias et au sein même de la sphère politique de notre pays est un fléau contre lequel il nous faut lutter collectivement.

Heureusement, l’incitation à la haine et l’apologie du terrorisme sont des délits punissables par la loi. C’est pour cette raison que notre partenaire dans la lutte contre l’islamophobie, le CCIF, a lancé une campagne nationale de signalement, réalisable en seulement deux étapes. Le CCIF se met à votre disposition pour porter plainte contre les auteurs des propos que vous aurez signalés.

Si, vous aussi, vous avez constaté des propos faisant l’apologie du terrorisme, ou provoquant à la discrimination ou la violence envers les musulmans: n’attendez plus, signalez-le dès à présent au CCIF. Le processus est simple. Il suffit de:

  1. Faire une capture d’écran des commentaires ou articles en incluant la date de publication, le lien URL de la publication, et/ou l’adresse IP de l’auteur ;
  2. Envoyer ces informations à l’adresse email suivante: contact@islamophobie.com avec l’objet « Signalement – Réseaux sociaux ».

Le pôle juridique du CCIF étudiera vos signalements en trois étapes: la vérification des propos à caractère islamophobe, la selection des propos qui feront infraction à la loi, et l’engagement de procédures judiciaires afin de faire condamner les auteurs de ces propos.

Vous pouvez participer au financement de ces procédures juridiques en contribuant la cagnotte du CCIF prévue à cet effet.